Entretien avec Simon Roussin

Au départ je voulais faire une histoire plus classique, mais au fil de l’écriture j’ai aussi eu envie de parler des westerns que j’aimais, moins manichéens, plus tragiques : les grands sentiments, les grands espaces, les grands enjeux, la violence. J’ai pu mettre dans cette histoire tout à la fois, dans la continuité de ma fascination pour l’aventure et ses héros qui évoluent dans un terrain dangereux, sauvage et fascinant mais aussi le côté violent, rude, et lyrique du farwest.

Intégralité de l’entretien

This entry was posted in Le Bandit au Colt d'or, Simon Roussin. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>